This petition seems to be finished, although you can still sign to show support.

Non au déversement du flux télé du Reine Elisabeth sur Musiq3


MISE A JOUR DU 04/05/2013 :

LA PÉTITION EST CLOSE, ELLE A OBTENU DES RÉSULTATS POSITIFS.

Nous avons été reçu par la direction de Musiq3, la discussion a été constructive et dans un esprit positif: le débat que nous souhaitions est lancé.

Il est bien sûr impossible de modifier l’actuel dispositif de diffusion de la finale du Concours Reine Élisabeth 2013, mais des réunions se tiendront ensuite avec les équipes concernées pour faire le bilan, préparer les prochaines finales et préciser la philosophie de notre radio. La réflexion sur les spécificités des médias radio, télévision et internet est donc engagée en interne (comme il est approprié), se poursuivra et l’on peut se réjouir de cette avancée.

Nous avons été entendus par la direction qui précise aussi qu’il ne s’agissait pas d’une «attaque de la radio par la télévision» (comme il a été écrit hâtivement) mais bien d’une «initiative de Musiq3 pour une nouvelle couverture du concours visant à mieux exposer les talents de deux animateurs de la chaîne». Dont acte.

De plus, il n’est absolument pas question de remettre en cause l’existence, ni même l’identité radiophonique de Musiq3 «qui reste la chaîne de référence pour le concours Reine Élisabeth et la musique classique en général». Pour l’heure, nous pouvons donc être rassurés.

Un grand merci à tous les signataires d’avoir soutenu et participé à ces réflexions.

A.W.

===========================================

TEXTE INITIAL :

Le Reine Élisabeth de Musiq3, c’est fini !

La RTBF a décidé sans concertation que pour la finale du concours, il n’y aura plus de commentaires distincts en radio et en télévision.

Dorénavant, seuls les propos télévisés seront diffusés sur tous les supports.

Et c’est la fin de Musiq3 en tant que média spécifique du Concours !

http://www.lesoir.be/212001/article/culture/medias-tele/2013-03-21/hadja-lahbib-presentera-reine-elisabeth-2013

Après la viande de cheval qui se fait passer pour du boeuf, voici le son de la télévision étiqueté « c’est de la radio !»

• De qui se moquent les responsables du service public culturel francophone?
• Pourquoi ont-ils si peu de respect pour leur/notre outil ?!
• Si peu de respect pour le métier artistique des techniciens, des réalisateurs et des présentateurs de la radio?

Alors que se prépare l’événement-phare belge et international qu’est le Reine Élisabeth, voilà qu’on lui ferme les micros pour la finale? « Ôte-toi de là que j’my mette! », décrète la télé.
Pour des raisons d’économie. C’est incroyable.

Musiq3 n’est pas de la télé sans image, c’est une radio.
La musique ne peut pas se laisser faire.

Nous, mélomanes des musiques classiques, jazz et contemporaines,
Nous, minoritaires en audimat mais qui avons les mêmes droits que les téléspectateurs de jouir des médias que nous avons choisis et faits nôtres,
Nous, qui existons dans la société et qui apportons notre part active dans la vie culturelle de la cité,
Nous, qui payons le Service Public pour ce qu’il est et devrait être,
Nous n’acceptons pas que la direction de la RTBF nous fasse prendre des vessies pour des lanternes et de la télé pour de la radio.

Rendez-nous notre radio !

On se pince à devoir rappeler quelques évidences aux professionnels qui pilotent nos médias nationaux :
• Les commentaires de télévision sont conçus dans le cadre d’une image
donnée, dans des temps contraints et complètent un programme considéré
comme un tout.
Alors que la parole-de-radio constitue un tout en soi et génère par elle-même les images mentales chez les auditeurs.
• La parole de télé est tributaire des exigences de ce média:
-commentaires d’une image que les auditeurs de radio ne voient pas, par définition (vu que c’est leur choix d’écouter la radio),
-présence d’images qui ne sont pas toujours liées au sujet (jamais en radio).
• Le réalisateur de télévision privilégie logiquement l'image par rapport au son, et mixe le son en fonction de cette image. Donc le son que restitue un poste de télévision est traité différemment avant diffusion, pour «calibrer» le son sur ce qu'on voit.
Ce n’est pas le cas en radio (mais on nous a informé que le son musical de Musiq3 serait bien le son « de radio »).

Les présentateurs choisis pour la finale, des professionnels que le public aime bien, ne sont pas en cause.
Mais la télévision est un média « grand public » cherchant légitimement à bien vulgariser et à satisfaire le plus grand nombre.
Les auditeurs de Musiq3 seront, eux, privés des commentaires pointus développés dans la durée par différents spécialistes, et auxquels tout aussi légitimement, ils ont droit.
Non, tout ne se vaut pas!

Quelles autres émissions se verront ainsi « télé-déversées » dans Musiq3 ?
Est-ce la suppression de la chaîne qui est programmée ?

Musiq3 soutient la vie musicale de notre pays.
Notre chaîne n’exclut personne, quiconque veut l’écouter est le bienvenu. Elle est seulement différente des autres chaînes ... et de la télé — à chacune sa spécificité.

Ce qui se passe ici va dans le sens du nivellement généralisé auquel, tant bien que mal, Musiq3 résiste. L’attaque par la direction — oui c’est une attaque — est «facile» parce que Musiq3 est une petite chaîne. Il y a là quelque chose d’absolument scandaleux puisque s’exerce sans régulation la loi du plus fort.
Or, c’est précisément parce que Musiq3 est une petite chaîne originale qu’il faut la défendre.

Nous voulons que soit respectée la spécificité de notre radio. Il faut annuler cette invention et retrouver la variété des commentateurs spécialisés de Musiq3 parlant non face à un objectif mais devant leur micro de radio.
Ceci est une manifestation de défense d’une des rares radios francophones belges où l’on se donne le temps de développer un propos et où il n’y a pas de pub.

C’est aussi une question de résistance philosophique: la radio est le dernier bastion de l’oreille. Il nous faut la défendre *à ce titre*.

Alexandre Wajnberg
Chroniqueur scientifique, musicien et aussi auditeur de Musiq3.

MISE A JOUR du 25 avril. J'ai supprimé: «Jusqu’à virer les contractuels du jour au lentemain sans considération des engagements pris», phrase sujette à diverses interprétations. En fait, de plus en plus de collaborateurs sont engagés «au contrat» c’est-à-dire «à la pige», et leur volume de travail est très … malléable.

Facebook   Twitter   Google +   Reddit   Email

Sign the petition

Last Signatures

  • 1832 days ago : ******** Luc from Versailles France
  • 1844 days ago : ******** Genevieve from braine-l'alleud Belgique
  • 1846 days ago : ******** Eleina from Bruxelles Belgique
  • 1850 days ago : ******** Robert from Anderlecht - Bruxelles Belgique
  • 1850 days ago : ******** Maria from Mons Belgique
  • 1850 days ago : ******** FREDERIQUE from BRUXELLES BELGIQUE
  • 1850 days ago : ******** Aline from Montreux Suisse
  • 1868 days ago : ******** Jean from Verviers Belgique
  • 1870 days ago : ******** Lisette from 1070 Bruxelles Belgique
  • 1871 days ago : ******** Monique from Paris 5 France
  • 1871 days ago : ******** claude from 1180 uccle belgique
  • 1873 days ago : ******** Marie from Waterloo Belgique
  • 1873 days ago : ******** Mu from Bruxelles Belgique
  • 1874 days ago : ******** boyan from 1420 Braine L'Alleud Belgique
  • 1875 days ago : ******** Hélène from bruxelles belgique
  • 1876 days ago : ******** Patrick from Jette Belgique
  • 1876 days ago : ******** hilde from Uccle Belgique
  • 1876 days ago : ******** José from Bruxelles Belgique
  • 1876 days ago : ******** Clairette from Bruxelles Belgique
  • 1876 days ago : ******** Claire from 1170 Bruxelles Belgique
  • 1877 days ago : ******** Patrick from 1180 Bruxelles Belgique
  • 1877 days ago : ******** Martine from Bruxelles Belgique
  • 1877 days ago : ******** Philiooe from Bruxelles Laeken Belgique
  • 1877 days ago : ******** Arpi from BRAINE-L'ALLEUD BELGIQUE
  • 1877 days ago : ******** françois from 1040 bruxelles b