Pétition pour demander au président de la République, Nicolas Sarkozy, de respecter ses engagements électoraux en matière de langue française, de Francophonie et de lutte contre le tout anglais.

Pétition pour demander au président de la République, Nicolas Sarkozy, de respecter ses engagements électoraux en matière de langue française, de Francophonie et de lutte contre le tout anglais.

Monsieur le Président de la République,

Lors de la campagne électorale que vous avez faite au début de l'année 2007 afin de présenter aux Français le programme politique que vous appliqueriez au cas où vous seriez élu, vous vous êtes prononcé à plusieurs reprises pour la langue française, pour la francophonie et pour la lutte contre le tout anglais.
En cela, votre discours du 9 mars 2007 à Caen était exemplaire. Il a surpris très agréablement tous ceux qui depuis des années attendent impatiemment qu'au sommet de l'État, l'on prenne enfin conscience de l'importance vitale de mettre en place une politique linguistique de haut niveau à portée internationale, capable de contrer en la matière les politiques du British Council et de la CIA pour imposer l'anglais partout dans le monde.
Ainsi, les défenseurs de la langue française, et du plurilinguisme en général, ont cru voir en vous l'homme qu'il fallait pour relever le défi linguistique de demain face à l'uniformisation du monde par l'anglais.
Au soir du discours de Caen, nous avions dans la tête et dans le coeur vos phrases pleines d'espoir et de vie, des phrases comme :
« La France, c’est une langue, une langue qu’elle met à la disposition de tous les hommes. Le français disait Rivarol ce n’est plus la langue française, c’est la langue humaine ».
comme :
« Le français, c’est l’âme de la France, c’est son esprit, c’est sa culture, c’est sa pensée, c’est sa liberté. C’est le droit de penser autrement que selon la pensée dominante. La diversité linguistique, c’est la condition de la diversité culturelle et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La langue n’est pas une marchandise, la langue n’est pas une technique ».
comme :
« L’obsession d’une langue unique au prétexte de l’efficacité est un leurre qui masque les effets de domination de la pensée unique dont la langue unique est l’antichambre. Mais l’efficacité n’est même pas prouvée : la Renaissance où tout le monde s’est mis à penser et à écrire dans sa langue nationale fut plus féconde pour la pensée humaine que les longs siècles de domination exclusive du latin, comme si la créativité était bel et bien inséparable de la diversité ».
comme :
« Nous avons le devoir pour nos enfants, pour l’avenir de la civilisation mondiale, pour la défense d’une certaine idée de l’homme, de promouvoir la langue française ».
comme :
 « Si je suis élu, je mettrai la francophonie au rang des priorités diplomatiques de la France. Je renforcerai tout à la fois le dispositif de l’action culturelle de la France à l’étranger et l’aide à la création, parce que c’est par la création que le français rayonne ».
comme :
« Je veillerai à ce que dans les entreprises installées sur le territoire français la langue de travail soit le français dès lors qu’il n’y a aucune nécessité économique ou commerciale qui oblige à s’exprimer dans une autre langue ».
comme :
« Je me battrai pour que dans les instances européennes et à l’ONU le français continue d’être employé. Ce sera naturellement une obligation absolue pour tout représentant de la France dans des organisations internationales ».

Hélas, loin de ces belles phrases, force est de constater, que seulement quelques mois après l'exercice de votre mandat, entre votre discours de Caen et la réalité, un fossé s'est creusé, et qu'un gouffre même est en train d'apparaître.
Pour preuve, la très honorable Académie de la Carpette anglaise* -- qui décerne chaque année le Grand Prix de l'incivilité linguistique à un membre des « élites françaises » qui s’est particulièrement distingué par son acharnement à promouvoir la domination de l’anglo-américain en France au détriment de la langue française --, a nommé cette année pas moins de 6 candidats issus des membres du Gouvernement.
La gagnante a été Christine Lagarde, ministre de l'Économie et des Finances coupable de communiquer en anglais avec ses services de Bercy.
Les autres récipiendaires ne sont pas en reste non plus :
Valérie Pécresse et Jean-Pierre Jouyet, respectivement ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et secrétaire d’État chargé des Affaires européennes auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes, coupables d'avoir fait la promotion du protocole de Londres dans un article commun (« Le brevet européen, maintenant ! »), publié en juillet 2007 dans Le Monde.
 Jean-Marie Bockel, secrétaire d'État à la Francophonie(!), coupable d'avoir célébré les futurs bienfaits du protocole de Londres dans un article publié en septembre 2007 dans Le Monde (« Ratifions le protocole de Londres ! »).
 Xavier Darcos, ministre de l’Éducation nationale coupable de faire la promotion du bilinguisme en France (sous entendu bilinguisme français-anglais) en déclarant « Le Président m’a donné mission de faire de la France une nation bilingue », déclaration contraire avec la politique suivie, jusqu'à maintenant, favorisant le plurilinguisme et l’apprentissage de deux langues étrangères vivantes.
Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication coupable d'avoir lancé une « réflexion » sur les synergies possibles entre TV5 Monde, France 24 et RFI (Radio France international), sans y avoir associé nos partenaires suisse, belge et canadien acteurs essentiels de TV 5 Monde.
Ajoutons aussi à cette liste des promus à la Carpette anglaise 2007, l'UMP Jacques Barrot, vice-président de la Commission européenne, commissaire responsable du Transport, coupable d'avoir favorisé la mise en place d’une directive imposant dans le transport aérien, l'anglais à partir de mars 2008 dans toutes les communications aériennes même entre Français en France !

Bref, pourquoi, alors que vous dites dans tous les médias, que vous avez été élu pour appliquer le programme que vous avez présenté aux Français lors de votre campagne électorale, pourquoi en matière de langue française, de francophonie et de lutte contre le tout anglais, vous semblez avoir perdu la mémoire ?

Pourquoi tous ces ministres anglolâtres autour de vous, pourquoi de tels capitulards linguistiques aux commandes de notre pays ?

Cela dit, et forts de toutes ces constatations, permettez que nous vous demandions, nous, soussignés, par le biais de cette lettre-pétition, de bien vouloir réagir face à la déferlante du tout anglais qui nous assaille, de vous remémorer en cela votre discours de Caen et d'en faire une ligne de conduite pour vous et pour tous ceux que vous avez nommés ou nommerez pour gouverner la France durant votre quinquennat.
Afin d'empêcher l'anglicisation de notre société, il serait bon d'afficher partout dans tous les ministères comme dans toutes les classes de nos écoles, une note du style :
La langue française est, dans le contexte actuel de la mondialisation de l’économie, une arme de lutte contre l’uniformisation du monde par l’anglais. Entre communautarisme et mondialisme, entre tout ayatollah et tout Coca-Cola, elle est un juste milieu. Et si la liberté, c’est d’avoir le choix, alors, au nom de la liberté, la langue française doit, à son niveau, et avec d’autres langues, contribuer à ce qu’il y ait toujours le choix, dans la communication internationale, de pouvoir s’exprimer autrement qu’en anglais.

Nous vous demandons également, question de faire un peu de publicité pour la Francophonie institutionnelle, d'officialiser le drapeau francophone en décrétant qu'il soit mis systématiquement à côté du drapeau français chaque fois que le drapeau européen y est.

Dans l'attente et dans l'espoir de vous voir respecter vos engagements électoraux en matière de langue française, de francophonie et de lutte contre le tout anglais, pour l'honneur de la France et de la Francophonie, et pour le plus grand respect de la biodiversité linguistique du monde face au tout anglais uniformisateur, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de notre plus haute considération.

Régis Ravat
Président de l'A.FR.AV
(http://www.francophonie-avenir.com/)